Inscris-toi à notre newsletter et économise 10% sur ta première commande

Sobriété et économie, oui mais à une condition !

Acheter moins et fabriquer plus localement

4min lecture
Sobriété et économie, oui mais à une condition !

 

Vous avez sûrement entendu parler de la vidéo de l'ADEME ( dispo ici ) qui a fait scandale: un "dévendeur" conseille de garder son vieux polo plutôt que d'en acheter un neuf. Un message qui a ébranlé tant les milieux d'affaires que le monde politique, avec des critiques pointant un risque pour nos chers magasins de vêtements, surtout en ces temps difficiles.

Chez Justed., on a voulu comprendre le fin mot de l'histoire : est-ce que vendre moins, c'est vraiment un problème pour les boutiques ? La réponse est nuancée. En bref, pas forcément, surtout si on rapatrie la production plus localement en France où en Europe. Nous en sommes persuadé, voir notre article : notre vision

 

Ventes de vêtements record pour 2022

3,3 milliards de vêtements, chaussures et linge de maison ont été mis sur le marché français en 2022 contre 2,8 milliards en 2021, (source Refashion).

Sans compter les invendus, chaque année les Français achètent en moyenne 40 vêtements neuf, c’est 2 fois plus que dans les années 80.

 

Acheter moins et fabriquer plus localement

Selon la FIMIF « la fédération du Made in France » C’est seulement 3% de nos vêtements qui sont fabriqués en France. Largement fabriqué en Asie, chaque achat de vêtements est un réel manque à gagner pour l’économie Française et Européenne, Je vous laisse faire le calcul.

Ce qui risque de mettre en péril nos enseignes Françaises, ce n’est pas la sobriété mais le low coast.

Mon grand-père disait (enfin ce n’est pas mon grand-père qui disait ça, mais j’aurai tellement aimer entendre ça de sa bouche) : « je n’ai pas les moyens d’acheter pas cher » Cela sous entendait qu’en achetant un produit de qualité, on l’achetait pour longtemps et qu’au final il coutait plus cher d’acheter plusieurs fois quelque chose de moins cher. Je m’éloigne un peu, revenons à notre industrie textile française.

Cette industrie n’a eu de cesse de vouloir rivaliser sur un argument, celui du prix, mais l’angle abordé n’est pas forcément le bon.

Je m’explique : nous avons d’un côté des enseignes de fast fashion étrangère ou Française qui produisent des vêtements de piètre qualité à l’autre bout de la planète en faisant travailler des enfants dans des conditions inadmissible, à cela s’ajoute l’utilisation de produits chimiques interdit et pesticides qui se retrouvent sur ces vêtements, sans parler des innombrables aller-retour que peuvent faire certain textile comme les jeans qui peuvent passer en moyenne par 5 à 7 pays avant d’arriver dans nos magasins.

  Et de l’autre des pays Européen, dont la France, qui ont petit à petit laissés fermer leurs usines et disparaitre leur savoir-faire.

  Depuis 50 ans la vente dans le secteur de l’habillement a plus que doublée sans forcément créer plus d’emplois, bien au contraire. Comparativement aux revenus le prix relatif des vêtements à était divisé par 2 en 30 ans. Les commerçants ont donc beau vendre plus de vêtements, ils en tirent moins de bénéfices. Pour schématiser, aujourd’hui plus de vêtements sont vendu sur des plus grandes surface mais avec moins de personnel.

  Il y a les emplois directs, avec les usines, le nombre d’emplois a été divisé par 3 en 30ans. Mais également les métiers de retouches et réparations (les vêtements étant de moins en cher et de moins bonne qualité, on les fait moins réparer). Le nombre de cordonniers est passé de 45000 dans les années 50 à environ 3500 en 2023

  Et puis il y a les emplois indirecte, quand une usine ferme c’est également un éco système environnant qui est impacté et fini par fermer, comme les restaurants, les cafés, les boulangeries, les bureaux de poste…

 

A l’inverse de ce que disait mon grand-père, j’entends souvent dire que les gens n’ont pas tous les moyens d’acheter Français et que le low coast répond à ce besoin et que le low coast permet d’habiller la classe populaire A première vu on pourrait s’en satisfaire, mais dans la réalité cela ressemble plus à un biais pervers. Cette solution est trompeuse. D'une part, les délocalisations massives de l'industrie textile ont réduit les emplois locaux, transformant certains en postes précaires de logistique pour importer ces mêmes vêtements. D'autre part, les prix bas encouragent une surconsommation qui dépasse souvent le budget des ménages les plus modestes. En outre, cette pratique érode les recettes fiscales nécessaires à des services publics vitaux et contribue au changement climatique, nuisant en premier lieu aux plus vulnérables. Pour conclure :
Il est souvent supposé que les vêtements bon marché sont principalement achetés par les personnes à faible revenu. Cependant, la réalité est que la clientèle des magasins low cost est bien plus large : en effet, 7 articles sur 10 vendus à bas prix en France ne sont pas forcément destinés aux classes défavorisées. Cela indique que le soutien aux enseignes low cost au nom des plus pauvres ne reflète pas l'intégralité de leur clientèle, mettant ainsi en question la validité de cet argument.

 

La relocalisation de l’industrie textile en Europe pour allier sobriété et bonne santé des entreprises


Relocaliser l'industrie textile en France où en Europe pourrait encourager une production plus sobre et durable, augmentant ainsi les emplois dans les usines, les commerces de détail, et les services de réparation. Cela réduirait les impacts écologiques et offrirait une rémunération plus juste à travers toute la chaîne de valeur. Tout en comprenant les inquiétudes des commerçants face à un appel à la sobriété, il est crucial de reconnaître que la vraie menace pour l'industrie n'est pas la sobriété mais le low cost et ses effets néfastes. La clé est d'acheter moins mais mieux, favorisant ainsi une économie durable et respectueuse de l'environnement. Il est essentiel que les mesures gouvernementales soutiennent activement cette transition vers une industrie plus locale et responsable

7min lecture

Comment choisir le meilleur sweat coton bio : g...

À la recherche du sweat-shirt en coton bio parfait ? Ne cherchez plus ! Notre guide complet du style éco-responsable va vous aider à choisir le meilleur sweat-shirt en coton...

7min lecture

Le T-shirt en Coton Bio : Un Choix Conscient po...

Vous cherchez à construire une garde-robe plus respectueuse de l'environnement et éthique, et vous vous demandez par où commencer ? Laissez-moi vous présenter le t-shirt en coton biologique, un choix...

2min lecture

Un bonus / malus dans la mode?

  C’est la proposition de loi présentée par le député Antoine Vermorel-Marques La fast fashion, avec son cycle rapide de production et de consommation de vêtements, a des répercussions profondément...

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés

Details